Prier le ‘’Notre Père’’ n’est pas demander !

Parzival-Imanuel ? Fils de l'Homme ? Roi du Manoir du Graal (sphère spirituelle) ?
Aborder les hautes Vérités de la Création en étant déjà préparé (en sincérité et humilité).
Cette lecture doit devenir vivante en sensation pure.
Inutile, donc, de l'appréhender avec l'intellect humain (cerveau).
"Dans la Lumière de la Vérité, Message du Graal", 3 Tomes.

Modérateur : co-admin

Message
Auteur
Avatar de l’utilisateur
admin
Administrateur du site
Messages : 65
Enregistré le : 15 août 2016, 12:33
Localisation : Centre et Jura
Contact :

Prier le ‘’Notre Père’’ n’est pas demander !

#1 Message non lupar admin » 21 janv. 2017, 14:00

Il y a bien peu d’être humains qui cherchent à être conscient de ce qu’ils veulent au juste, lorsqu’ils disent la prière « Notre Père ». Plus rares encore ceux qui savent réellement quel est le sens des phrases qu’ils récitent ainsi. Réciter est bien le seul terme exact pour le processus que, dans cas , l’être humain appelle prier.
Quiconque s’analyse sans ménagement doit en convenir, ou sinon il témoigne qu’il passe sa vie entière de la même manière… superficiellement, et qu’il n’est pas capable d’une pensée profonde, qu’il n’en fut jamais capable. Il y a certes bien assez de gens sur cette Terre qui se prennent eux-mêmes au sérieux, mais qui avec le meilleur vouloir ne peuvent être pris au sérieux par les autres.

C’est précisément le début de cette prière qui de tout temps fut mal ressenti, même si c’est de façons différentes. Les humains qui essaient d’aborder cette prière avec sérieux, donc qui s’en approchent avec un certain bon vouloir, ressentent, après ou pendant ces premières paroles, monter en eux un certain sentiment de sécurité, un apaisement de l’âme ! Et ce sentiment demeure prépondérant en eux quelques secondes après la prières.

Cela explique deux choses : premièrement, que celui qui prie ne peut arriver à soutenir le sérieux que dans les premiers mots, ce qui déclenche en lui ce sentiment ; et deuxièmement que précisément le déclenchement de ce sentiment prouve combien il est loin de saisir ce qu’il dit ainsi !

(..) des personnes plus présomptueuses voient dans le mot « Père » la confirmation de leur descendance directe de Dieu, et lors d’une évolution normale ils s’imaginent ainsi devenir finalement eux-mêmes divins, mais pour l’instant porter déjà sans conteste en eux la divinité.
Mais la plupart la considèrent uniquement comme une allocution dans la prière, une invocation ! Ils n’ont ainsi pas besoin de réfléchir beaucoup. Et en conséquence on la récite sans y penser, bien que précisément dans l’invocation de Dieu devrait se trouver toute la ferveur dont une âme humaine peut être capable, somme toute.

Cependant cette première phrase ne veut pas dire ni être tout, mais le Fils de Dieu, par le choix des mots, déposait en même temps l’explication ou donnait a entendre de quelle manière une âme humaine doit s’approcher de la prière, comment elle peut et doit se présenter devant son Dieu, pour que sa prière soit entendue. Il dit exactement qu’elle doit être sa condition en cet instant, quel doit être l’état de la pure intuition, lorsqu’elle veut déposer ses requêtes aux marches du Trône de Dieu.

C’est ainsi que toute la prière se divise en trois parties. La première partie est l’offre totale de soi, le don de soi de l’âme envers son Dieu. Dans le langage figuré, elle s’étale devant Lui comme un livre ouvert avant de présenter sa requête, elle apporte le témoignage de la pure aptitude de son vouloir.

(…) Pensez que prier n’est pas l’équivalent de solliciter !

(...) Donc, la prière que le Fils de Dieu a donnée n’est rien moins qu’une requête, mais au contraire une promesse solennelle de l’être humain, grande, englobant tout, lequel se prosterne ainsi devant son Dieu !
Jésus l’a donnée à ses disciples qui jadis étaient prêts a vivre dans la pure adoration de Dieu, à servir Dieu dans la création par leur vie, et à honorer sa Sainte Volonté dans ce service.

L’être humain devrait donc bien et murement réfléchir s’il peut se risquer a utiliser et a dire cette priere somme toute, il devrait examiner sincèrement en lui si, en l’utilisant, il n’essaie pas en quelque sorte de mentir à son Dieu !
Les phrases d’introduction exhortent assez clairement que chacun doit s’examiner s’il est aussi réellement tel qu’il le dit dans la prière ! S’il ose se présenter loyalement devant le Trône de Dieu !

Mais si vous rendez vivantes en vous les trois premières phrases de la prière, elles vous conduiront alors devant les marches du Trône de Dieu. Elles en sont la voie lorsqu’elles arrivent à être vivantes dans une âme ! Nulle autre n’y conduit. Mais celles-ci surement ! Cependant aucune de vos prières ne pourra y parvenir si vous ne vivez pas ces phrases.

Cela doit être une proclamation d’attachement et pourtant de joie lorsque vous osez dire : « Notre Père, Toi qui es aux Cieux ! »

AbdruShin, du Fils de l’Homme

Retourner vers « Abdrushin (enseigne l'accès à une conscience spirituelle) »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité